L’ENFANT et l’ECOLE

Témoignage d’un « JEUNE-ANCIEN » !

                                    « l’Enfant et l’Ecole »

 

C’est un jour de Septembre qu’Il découvrit sa nouvelle Ecole.
Il s’y trouva complètement déboussolé, égaré, ayant perdu sa confiance en lui-même. Il ne comprenait plus le sens de la vie. Cette nouvelle école, il ne pouvait pas l’aimer. Il s’y sentait loin de chez lui, loin de sa famille, perdu. Il ressentait ces lieux comme une prison, un endroit où il n’avait pas sa place !
Puis les jours et les mois passèrent et le temps s’égrena. Peu à peu l’Enfant prenait ses marques. C’est alors qu’un jour d’Avril l’Enfant perdit sa Grand-mère, sa « Mémé » ! Sa peine et son chagrin furent grands devant cette perte et c’est une Surveillante qui l’aida, le soutint dans cette dure épreuve.
Comme à une bouée Il s’attacha alors à deux professeurs, sa Prof’ d’Histoire et Géo et sa Prof’ d’Espagnol. C’est ainsi qu’à elles deux, elles lui furent toujours présentes dans les moments qui lui semblaient être les pires des difficultés qu’Il pouvait rencontrer au fil des jours.
Et une deuxième année débuta. Et l’Enfant fit une découverte. En lui s’éveillait un nouveau sentiment, il commençait à comprendre le sens profond de cette Ecole. Ce n’était pas seulement un lieu d’apprentissage de toutes ces matières qui constituent l’instruction, mais c’était aussi le creuset où chacun pouvait y découvrir sa propre personnalité, qui il était vraiment, qu’elles étaient ses forces et ses faiblesses, qu’elle pouvait être sa place dans la vie.
Alors l’Enfant reprit goût à la vie, il retrouva la joie, le sourire, sa nouvelle gaieté le faisait rire à tout bout de champ, il s’épanouissait.
La troisième année de présence fut marquée par une rencontre : celle d’une fille, car l’école était mixte, qui devint sa meilleure amie. Il avait découvert ainsi quelqu’un avec qui il pouvait tout partager, à qui Il pouvait tout dire, qui était comme une confidente. Ainsi tout changea pour lui dans cette perspective et il se mit à adorer cette école et même à penser qu’il ne pourrait plus s’en passer.
Puis vint la quatrième année ! C’était sa dernière année de présence. Il ressentait qu’elle serait à la fois la plus dure et aussi la meilleure. La plus dure car Il allait la quitter, la meilleure parce qu’Il y revenait, même pour la dernière fois.
Ainsi passa cette dernière année. Lorsqu’Il franchit le portail vers l’extérieur, définitivement pensait-il, Il sentit qu’il n’était plus un enfant, celui qui croyait qu’on l’avait mis en prison, mais déjà un homme, prêt à la vie.

En se retournant Il put se dire : « Je ne vois plus ici une Ecole ! J’ai ici maintenant une Maison ! C’est comme ma deuxième Famille ! » Il la quitta et prit la route, le cœur lourd et brûlant de ce départ mais adouci par une pluie de souvenirs ! Souvenirs de tous ces instants vécus ici et qu’Il découvrait maintenant comme des instants de bonheur.

Sur le chemin, les yeux fixés sur ses pensées, Il se fit une promesse : tous ces grands moments, tous ces merveilleux souvenirs, tout ce qu’Il avait vécu dans cette Ecole, Il allait, Il pouvait, Il se devait de les partager avec tout ce Monde dans lequel Il entrait !

Grégoire                             

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *