Escapade Romaine – Il faut partir

                                         ROME

                             Trois jours en hiver

TROISIEME JOUR

Ce matin là, le dernier de notre séjour, nous  avons vu, sous nos fenêtres, dès avant  sept heures du matin, des milliers de personnes qui longeaient les murs du Vatican, pour se rendre sur la place. Beaucoup avaient des glacières avec eux. Nous, nous nous sommes enfuis, à pied,  vers la place del Popolo, pour aller admirer, dans l’église Santa Maria del Popolo, trois autres tableaux du Caravage, qui traitent tous du martyr de Saint Pierre.
Puis après un café dans une pâtisserie très achalandée en glaces, nous montons les escaliers d’Espagne et nous rendons villa Medicis pour visiter les jardins.
Le guide nous explique les symétries de la façade, où sont fixés de nombreux bas reliefs antiques, nous conduit devant le carré des Niobides, nous fait découvrir deux pavillons. Dans le premier nous somme entourés de moulages des travaux des artistes pensionnaires. Les originaux devaient être envoyés en France. Une statue de Napoléon, remaniée pour Louis Philippe, est restée là. La tête a été changée, mais le personnage porte, main droite, deux couronnes de lauriers, emblèmes de l’empire. Inacceptable, n’est-ce pas ?
Dans le second pavillon, nous nous retrouvons à l’intérieure d’une volière peinte sur les murs, et habitée d’espèces encore existantes, et d’autres éteintes, comme le dodo.
En sortant, voyant cette fois ci une fontaine avec un bassin en forme de sarcophage, nous demandons au guide pourquoi toutes ces fontaines sont munies de grandes baignoires . L’explication était là, devant nous. A la chute de l’empire, les habitants se sont saisis de tout  ce qui pouvait être employé, et ont utilisé les sarcophages comme réserve d’eau. Au fil des ans, les formes se sont adoucies, devenues baignoires, puis vrais bassins.
Avant de terminer notre visite, le guide nous a amené le long de la terrasse, au dessus de Rome, et nous a demandé combien il y avait d’états devant nous.
La réponse est : trois ! L’Italie, le Vatican, et l’Etat souverain de l’Ordre de IMGP0502-MiNiMalte.
Avant de nous en aller, nous volons quelques minutes de « célébrité » en buvant un café dans l’ancien Réfectoire des prix de Rome.
Nous redescendons l’escalier d’Espagne, et,  pour une fois, nous rentrons en métro.

Arrivederci, Roma.

Hana PRIGENT

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 Retour sur :

« Au grès des pas »      « Découverte »    « Escapade Romaine »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *