Le Mot du Père

                           Pour une belle et sainte année !

Puisque la parution de ce numéro de la revue des Anciens et Amis de don Bosco est prévue pour la mi-décembre,
autant en profiter pour vous présenter, un peu à l’avance, mes vœux les meilleurs et vous proposer trois pistes pour que l’année nouvelle soit non seulement une belle mais aussi une sainte année.
1 – « Une année de la foi »
Dans le motu Proprio « Porta Fidei », le pape Benoit XVI a annoncé une « année de la Foi ». Elle a débuté le 11 octobre 2012, à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’ouverture du concile Vatican II, et se conclura en la solennité du Christ Roi, le 24 novembre 2013. Je reprends tout simplement quelques phrases du pape Benoit XVI : « Grâce à la foi, nous pouvons reconnaître en tous ceux qui demandent notre amour, le visage du Seigneur ressuscité. La foi est une compagne de vie qui permet de percevoir avec un regard toujours nouveau les merveilles que Dieu a réalisées pour nous. Engagée à saisir les signes des temps dans l’aujourd’hui de l’histoire, la foi incite chacun de nous à devenir signe vivant de la présence du Ressuscité dans le monde. Ce dont le monde aujourd’hui a particulièrement besoin, c’est du témoignage crédible de tous ceux qui, éclairés dans l’esprit et le cœur par la parole du Seigneur, sont capables d’ouvrir le cœur et l’esprit de beaucoup au désir de Dieu et à la vraie vie, celle qui n’a pas de fin ».
2 – « La préparation au bicentenaire de la naissance de Don Bosco »
Nous allons vivre aussi la deuxième étape de la préparation à la célébration du bicentenaire de la naissance de Don Bosco. La première étape était centrée sur la connaissance de l’histoire de Don Bosco, connaissance non seulement de l’intellect mais aussi du coeur. Un bon nombre d’entre nous aura vécu comme un temps fort l’accueil des reliques de Don Bosco, le mercredi 14 novembre. Même si cette démarche n’est pas vécue avec la même exubérance que dans les pays d’Amérique latine, d’Asie ou d’Afrique, où ces reliques ont rassemblé des milliers de personnes, cette visite est pour chacun de nous l’occasion de nous retrouver en famille pour accueillir, rendre grâce et nous tourner vers l’avenir et ses défis nouveaux.
Pour la deuxième étape, nous sommes invités à approfondir la pédagogie de Don Bosco. Voici quelques phrases du père Chavez, Recteur Majeur des salésiens, lors de la messe d’ouverture de cette deuxième étape : « Nous sommes rassemblés aux Becchi, dans le sanctuaire de Don Bosco, pour l’ouverture de cette deuxième année préparatoire au bicentenaire de la naissance de Don Bosco. L’an passé, nous avons voulu le connaître de manière plus approfondie, pour l’aimer davantage et l’imiter plus fidèlement dans le don total à Dieu et aux jeunes. Pour cette deuxième étape, nous sommes invités à le contempler comme éducateur, et de ce fait, à approfondir, actualiser et inculturer son Système Préventif. Après avoir découvert comment Don Bosco eut l’intime conviction d’être envoyé par Dieu pour les jeunes, nous aurons à découvrir ce qu’il avait à leur offrir : l’Evangile de la joie au travers de la pédagogie de la bonté. Voilà son programme éducatif et sa méthode pédagogique ».
3 – « Les 50 ans du retour à Dieu du père Joseph Auguste Arribat »
Cet anniversaire nous touche tout particulièrement parce que le père Arribat a
vécu de longues années à la Navarre, où il est mort le 19 mars 1963. Certains anciens ou amis de la Navarre ont eu l’occasion de le connaître et dans la vallée de Sauvebonne, nombreux étaient ceux qui l’appelaient déjà  : « le saint de la vallée ». De sa vie, je ne retiendrais que ces lignes d’un article qui le présente lors de l’obtention de la médaille de « Juste parmi les nations », décernée à titre
posthume le 22 janvier 1996. Cette distinction « Juste parmi les Nations » est décernée par l’Etat d’Israël après une longue enquête. En 1953, l’état d’Israël décida d’honorer toutes ces personnes, connues ou anonymes, qui ont mis leur vie en danger pour sauver des Juifs. Au 1 janvier 2012, 24.355 « justes parmi les nations » de 41 pays ont été honorés. En tout, les « justes » ont sauvé des centaines de milliers de personnes. Il s’agit actuellement de la plus haute distinction honorifique délivrée par l’Etat d’Israël à des civils. Voici ce qui est écrit dans le dossier Yad Vashem n° 6960, pour la remise de la médaille de juste au père Joseph Auguste Arribat :
« …. En 1915, il est envoyé au front comme infirmier. Son dévouement héroïque lui vaut la croix de guerre (…) Auguste Arribat est envoyé à Villemur-sur-Tarn (31) pour y créer l’école saint Pierre, un pensionnat salésien pour garçons. Cette école fut ouverte le 1 octobre 1942 et compte 150 élèves. Parmi ces élèves, il y avait six enfants juifs dont les parents avaient fui Paris occupé par les allemands. D’autres familles juives furent hébergées dans une ferme isolée appartenant à l’école, entre autres la famille Doukan, composée de sept personnes. Ils purent regagner le village à la mi-août 1944 et eurent la vie sauve ».
Voilà ces trois pistes pour l’année nouvelle ; à y bien regarder, elles vont dans le même sens. Alors, Belle et Sainte année à toutes et tous, bien cordialement
P. John